LE MEXIQUE
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN

Accueil > Tabasco et Chiapas

Retour

CHIAPAS - TABASCO

PRÉSENTATION DE LA RÉGION :

san juan de chamulaLe Chiapas est aussi terre d’aventure et de dépaysement : Dans cette entité, connue pour l’enracinement de ses traditions, de ses festivités, de son artisanat et de sa riche gastronomie. Vous pourrez visiter de magnifiques paysages naturels comme le parc national du canyon du Sumidero, la réserve de la biosphère des cascades d’Agua Azul et les lagunes de Montebello, spectaculaire puits d’eaux dont les bleus sont tous différents et où vous pourrez observer la faune et la flore typique de ces forets au climat tempéré. Vous pourrez également visiter de surprenants sites archéologiques, comme Toniná, Bonampak, Yaxchilán et le mystérieux centre cérémoniel de Palenque où on a, durant les débuts du 20ème et 21ème siècles, découvert les tombes des gouverneurs de la cités. Près d’ici, dans le ville magique de San Cristóbal de las Casas, vous découvrirez de splendides édifices religieux tels que la cathédrale ou le temple de Santo Domingo. De plus, vous pourrez parcourir les places et marchés de la ville où vous trouverez tout type d’artisanat, de textiles et d’objets en bois, conçus par les indiens tzotziles, tzeltales et lacandons que habitent la région.

C’est une région très montagneuse, où vivent près d’un million d’Indiens (le quart de la population de l’État). Neuf groupes ethniques différents sont identifiés au Chiapas : Cakchiqueles, Choles, Lacandones, Mames, Mochós, Tojolabales, Tzeltales, Tzoltziles et Zoques. Les plus nombreux sont les Tzeltales et les Tzoltziles. La capitale de l’État est Tuxtla Guttiérez (450 000 habitants).

CHIAPAS :

San Cristobal de las Casas

san cristobal de las casasSituée au cœur du Chiapas, à 2300 m d’altitude, dans une petite cuvette entourée de montagnes verdoyantes, San Cristobal de las Casas bénéficie d’un climat frais. C’est une ville très colorée : les façades des maisons sont peintes de couleurs vives, les portes sont souvent sculptées et les Indiens portent des habits colorés. Fondée en 1528, elle doit son nom au dominicain Bartolomé de Las Casas, qui défendit les Indiens contre les excès des colons.
Aux premières heures de l’année 1994, la ville de San Cristóbal de las Casas a fait la une des rédactions lorsqu’une petite bande de guérilleros en a pris durant une trentaine d’heures le contrôle par les armes. L’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) a depuis délaissé l’action militaire pour lui substituer une campagne de propagande beaucoup plus efficace.

Dominant le Zocalo, la cathédrale, d’inspiration baroque, possède une façade très colorée ; ses couleurs originales, restituées en 1993, lui donnent son aspect de huipil architectural : son tissu donne les couleurs dominantes (ocre jaune de la terre de Chamula et ocre rouge de celle de Cuxtitali), les "broderies" blanches sont rendues par le stuc (chaux, sable et blanc d’œuf) et ressortent grâce à deux panneaux et deux colonnes noirs (laine de Chamula).
Au nord de la ville, l’église Santo Domingo possède une belle façade rosâtre très ornée et superbement illuminée le soir ; son intérieur littéralement tapissé de l’or, de l’argent et des peintures de ses retables en fait l’une des plus jolies églises du Mexique ; attenant à l’église, le couvent abrite un musée d’histoire régional et un cloître,
La maison ethnographique et écologique Na Bolom (la "maison des jaguars") présente une collection d’objets pré-hispaniques et de nombreux ouvrages et photos sur les conditions de vie des différentes communautés indiennes.

Villages indiens de San Juan de Chamula et Zinacantan

San Juan Chamula

san juan de chamulaA la périphérie de San Cristobal, les villages indiens tzotziles de Chamula et Zinacantán valent le détour.
A 10 km au nord-ouest de San Cristóbal, est connu pour sa petite église d’un blanc étincelant, en face d’une grande place. L’intérieur de l’église est simple mais surprenant ; il n’y a pas de bancs : les fidèles se mettent à genoux en petits groupes devant des rangées de cierges ou d’encensoirs, et pratiquent la religion catholique d’une façon propre à cette région en y intégrant des éléments de croyances autochtones traditionnelles. Le sol est jonché d’épines de pin afin d’absorber l’odeur de la cire des centaines de cierges qui y brûlent en permanence. Devant les portraits de saints, des familles déposent des brassées de glaïeuls, puis consultent le sorcier pour combattre une maladie, avoir un enfant ou éloigner un esprit malfaisant. Le Coca-Cola fait partie de la panoplie du sorcier, il aide à roter et chasser ainsi le mal. Les photos y sont strictement interdites.
Ne nous y trompons pas ! Il y a certainement un fond de vérité dans ce mélange de croyances chrétiennes et de rites animistes, mais tout cela est tenu d’une main de fer par quelques caciques locaux (vous trouverez leurs belles maisons en descendant le chemin qui longe le cimetière) : les chamulans qui ne respectent pas les traditions ou les consignes de vote (le PRI est le parti unique) sont expulsés du village (la plupart se sont installés sur les hauteurs de San Cristobal), les fournisseurs extérieurs disposent d’autorisation spéciale pour entrer dans le village (cf les camions Coca-Cola qui portent en grand cette mention), l’entrée des églises est payante, ... la vérité est ailleurs !!!

Zinacantán

zinacantan(littéralement pays des chauves-souris en Nahuatl) est une province mexicaine de l´État du Chiapas. La quasi-totalité des habitants de la province sont des indigènes mayas parlant le tzotzil.
À l´époque précolombienne, Zinacantán avait de nombreux liens mercantiles avec les Aztèques du centre du pays. La région exporte alors principalement de l’ambre et du sel.
Les premiers missionnaires arrivés à Zinacantán furent les Dominicains qui s´établirent dans la région et y construisirent une première chapelle en bois au XVIe siècle. Ils quittent la région avant d´être expulsés du Mexique au XVIIe siècle pour y revenir en 1976.
Il est aujourd’hui possible de s’inviter chez les villageois, certains vous ouvriront les portes de leurs maisons et vous feront goûter la tortilla faite main ou encore le poch (alcool d’agave et de canne à sucre qui est censé donner des hallucinations).
L’artisanat y est remarquable.

Palenque

palenque mexiqueC’est une cité maya qui se situe dans l’état mexicain du Chiapas, près du fleuve Usumacinta. C’est l’un des sites les plus impressionnants de cette culture. Comparée aux autres cités mayas, elle est de taille moyenne : bien plus petite que Tikal ou Copán, elle se distingue néanmoins par son patrimoine architectural et sculptural.

Adossée à une jungle épaisse, au pied des montagnes du Chiapas, face à la plaine du Tabasco qui se déroule à ses pieds en pente douce, Palenque ("entourée d’arbres") est l’une des plus grandes cités mayas du Mexique.
De tous les sites mayas, c’est celui dont la découverte est la plus ancienne. C’est aussi l’un des mieux conservés et il possède une remarquable sépulture royale, celle du roi Pacal. Pour faire de belles photos, il faut y aller au petit matin, alors que le soleil peine encore à chasser le voile de brume qui enveloppe le site.

La cité a été érigée par les Mayas pendant la période classique de la civilisation maya. A son apogée en 700, Palenque était un haut lieu de culte qui s’étendait sur près de 65 km2. De nombreux spécialistes la considèrent comme l’apogée architecturale de la civilisation maya de l’ouest. Cette réussite est due à Pakal, le roi au pied-bot, qui succède à sa mère Zac-Kuk en 615 à l’âge de 12 ans. Avec son fils Chan-Bahlum qui lui succède en 683, ils construisent la plupart des édifices de Palenque.
Des quelques 500 bâtiments de la zone de Palenque, on n’en a fouillé qu’une quarantaine, la recherche se poursuivant sur les autres.

Agua Azul et Misol-Ha

agua azulA quatre heures de route de San Cristobal, 60 kms avant Palenque, il ne faut pas manquer les cascades Agua Azul ("Eau Bleue") une longue série de cascades, échelonnée de bassins naturels d’eau claire turquoise où la baignade y est un plaisir dans la moiteur de ces terres basses, 20 kms avant Palenque.
Misol-Ha est quant à elle une grande chute d’eau de 30m où l’on peut également se baigner. Un petit chemin passe derrière la cascade et mène à une petite grotte où une rivière et une cascade souterraines s’écoulent.

 

 

Selva Lacandona

selva lacandonaCette forêt, malgré l’augmentation de sa destruction ses dernières années, constitue la plus grande partie de la foret haute du Mexique.
Sa richesse végétale et animale est importante et les secrets archéologiques encore bien conservées. S’aventurer à l’intérieur requiert non seulement d’un certain courage mais également d’une certaine condition physique, équipement, service de guide, autorisation et conviction de profond respect.

La réserve de Montes Azules est la partie la mieux conservée. Une possibilité d’aborder le monde de la jungle est le voyage en bateau sur les eaux du fleuve Usumacinta.
Il est également possible de loger chez les habitants de la région, à Lacanja notamment ou à la frontière du Guatemala (frontera Corozal). Vous serez dépaysé, c’est certain.

 

 

Canyon del Sumidero

canyon del sumideroA deux heures de route de San Cristobal, tout près de la ville de Tuxtla Gutiérrez (altitude 532 m), le canyon del Sumidero s’enfonce entre des parois hautes de plus de 1000 m.
Une promenade d’1h30 en bateau rapide permet de voir des plantes peu courantes et surtout quantité d’animaux (vautours, crocodiles, hérons, ...).

 

 

 

SITES ARCHÉOLOGIQUES :

Bonampak

bonampakLes ruines du centre cérémoniel maya que les archéologues ont baptisé Bonampak (« murs peints ») s’élèvent sur des collines dans la vallée du Lacanhá, affluent de l’Usumacinta, à environ 30 km de Yaxchilán. On y remarque notamment les vestiges de neuf édifices ainsi que des autels et des stèles à bas-reliefs. Découvertes en 1946, les fresques qui ont valu à Bonampak sa célébrité couvrent les parois intérieures et les voûtes d’un bâtiment rectangulaire mesurant 16,55 m sur 4,12 m, divisé en trois salles hautes de 5,50 m. Exécutées sur un revêtement de stuc épais de 3 à 5 cm, ces peintures constituent un ensemble unique en Amérique par la sûreté du trait, la beauté des couleurs, le réalisme et la variété des scènes représentées.Une inscription hiéroglyphique sur les murs de la première salle correspond à l’an 790. C’est toute la vie d’une petite cité maya au VIIIe siècle que les fresques de Bonampak retracent avec une vivacité extraordinaire : on y voit le seigneur du lieu, ses deux femmes, des enfants, des serviteurs enturbannés, des danseurs, des musiciens et des porteurs de parasols, des dignitaires aux luxueux ornements de plumes et de peaux de jaguar, des guerriers brandissant lances et casse-tête, des captifs à demi nus implorant leurs vainqueurs.(...)

Yaxchilan

noleftAncienne cité Maya située à l’est de l’état du Chiapas, le site archéologique se trouve dans une boucle en fer à cheval du fleuve Usumacinta, qui fait office de frontière naturelle entre le Mexique et le Guatemala.
Yaxchilan se compose de trois ensembles principaux : la Grande Place, la Grande Acropole et la Petite Acropole.
Pour y accéder, il est nécessaire d’emprunter, durant une petite heure, le bateau en aval du fleuve Usumacinta.
Nous vous invitons à vous y rendre si vous souhaitez être au contact de la nature (singes hurleurs, toucans) et vous prendre un peu pour un aventurier.

 

TABASCO :

noleftL’état de Tabasco se trouve dans le Golfe du Mexique, dans une région au climat tropical et dont la terre fertile englobe des monts, des rivières et des lagons, couverts de forêts exubérantes.
Villa hermosa, sa capitale, conjugue modernité et richesse culturelle dans ses merveilleux parcs. Parmi ceux-ci, le Parc-Musée La Venta dans lequel vous pourrez admirer de nombreuses pièces d’archéologie de la culture olmèque et visiter le zoo, ainsi que le Parc Tomás Garrido Canabal et le Musée Régional d’Anthropologie Carlos Pellicer.
Cette ville vous offre également son Carnaval, dans un défilé coloré de chars, de musique, de danses et de masques. Non moins divertissante est la « Célébration du Mois d’Avril », au cours de laquelle vous est offert le splendide travail artisanal du peuple de Tabasco. Dans les environs, vous pourrez visiter la petite ville de Nacajuca , dont le grand Marché d’Artisanat est spécialisé dans les articles de broderies et de feuilles de palmes.
Vous pourrez visiter également les sites archéologiques de La Venta, ancienne capitale des Olmèques, ainsi que Comacalco, un ancien centre de culte fondé par les mayas, qui ne fut pas érigé avec des pierres mais avec des briques.
Dans la réserve naturelle de Agua Selva, vous pourrez escalader des falaises et d’impressionnantes cascades, et vous trouverez une caverne connue sous le nom de « Caverne de la Lumière », où vous pourrez vous adonner à la spéléologie.

Dans la Réserve de Biosphère Marécages de Centla, vous pourrez parcourir les fleuves Usumacinta et Grijalva, et visiter le Centre Éco Touristique Yu-Balcah, zone protégée servant de refuge aux singes hurleurs et vivante preuve de la richesse de la région. Que vous alliez dans n’importe quelle ville ou village, vous pourrez savourer des mets tels que la salade de « pejelagarto » (poisson local), la tortue, l’iguane, le pain de banane, ou le « pozol » (boisson faite avec de la farine de maïs et du cacao). Ces mets font partie de l’héritage culinaire de Tabasco, issu des anciennes recettes mayas et chontales.

VIDÉO DE DÉCOUVERTE DU CHIAPAS (2mn - en espagnol)