Terra Maya » Informations » Activités et intérêt du Mexique

Activités et intérêt du Mexique

Le Mexique offre aux voyageurs une palette d’activités impressionnante : randonnée, plongée, snorkeling, pêche sportive, rafting, kayak et autres sports d’eau, escalade, cheval, VTT, parapente, rappel, …la liste est longue.

Quoi de plus merveilleux que de se baigner dans une mer turquoise et translucide pour y admirer les fonds marins ! Toute la péninsule du Yucatán se vante d’être la zone de plongée la plus belle sur les récifs coralliens et en cenotes.

Partez découvrir en barque la réserve Lacandona (frontière Guatemala), vous suivrez les traces du jaguar.

Les volcans du Mexique (Pico de Orizaba, La Malinche, Iztaccihuatl) sont une belle preuve également de dépassement de soi. Touchez la cime est une expérience que vous n’oublierez pas.

 

Vous aimerez les divers voyages à la carte que nous pouvons vous proposer : Yucatán, Chiapas, Mexico et ses alentours, les villes coloniales, le Canyon du cuivre vers Chihuahua ou encore la Basse Californie. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges !

Fidèle à son envie de vous emmener hors des sentiers battus, Terra Maya a retenu pour chacune de ces activités les meilleures options pour découvrir en toute sérénité les fabuleux trésors naturels dont le Mexique regorge.

En plus des activités proposées sur ces images nous vous invitons à consulter nos offres supplémentaires en cliquant sur les liens correspondants.

Agro Tourisme

Cette spécialité se définit comme la participation du voyageur dans les processus productifs de la campagne.

Les cultures indigènes et métisses de Oaxaca se sont développées avec la grande diversité des fleurs. En habitant ces zones écologiquement hétérogènes, les peuples indigènes ont appris à manier un grand nombre d’espèce de plantes et animaux.

Venez au Mexique apprendre les gestes ancestraux des champs et participez au processus agricole de certaines haciendas.

Terra Maya vous fait pénétrer dans ces hauts lieux agricoles où l’on produit le café, les bananes, le cacao ou encore les fruits (mangue) dans les états du Yucatan et Chiapas.

Archéologie, les sites au mexique

Le Mexique offre aux voyageurs une palette d’activités impressionnante : randonnée, plongée, snorkeling, pêche sportive, rafting, kayak et autres sports d’eau, escalade, cheval, VTT, parapente, rappel, …la liste est longue.

Archéologie, les sites au mexique
Tenochtitlan Monte Alban La Venta Tula Tenochtitlan El Tajin Palenque Tikal (Guatemala) Uxmal Tulum Chichen Itza Mitla

Tenochtitlan

A l’emplacement de l’actuelle ville de Mexico.
Le 18 juillet 1325 , la tribu nahua des Aztecas (ou Mexicas) venue du nord du Mexique (région du lac d’Aztlan) s’installe dans la vallée d’Anahuac et édifie une cité au milieu du lac Texcoco. Après avoir vaincu les Tépanèques, les Aztèques étendent leur empire depuis les steppes désertiques du nord jusqu’aux jungles torrides de l’isthme et depuis les côtes du golfe jusqu’à celles du Pacifique. Au début du 16ème, la capitale de l’empire, qui compte 300.000 habitants, est une cité lacustre à 2240 m d’altitude. Les Espagnols la soumettent le 13 août 1521 , acte de naissance douloureux du peuple métissé qui allait devenir le Mexique d’aujourd’hui.

Ne pas manquer : Il subsiste des vestiges de Tenochtitlan sur le site du Templo Mayor (sur le Zocalo).

Monte Alban

Situé à 2000 m d’altitude (10 km ouest Oaxaca), au carrefour de trois vallées fertiles, la grande cité-état zapotèque surplombe la vallée de 400 m sur une plate-forme de 300x200 m.

Son histoire débute au VIème siècle av.J.C. avec les Olmèques . Les Zapotèques en prennent possession au IIIe siècle ap JC. La cité zapothèque, qui compte 25.000 hab. en 700, est abandonnée en 800 au profit de Mitla. Les zapotèques ont, pour leur part, élaboré un réseau complexe de barrages et de canaux pour cultiver des champs en terrasses qui entourent encore le site aujourd’hui. Elle est ensuite occupée par les Mixtèques.

La Venta

A la frontière des états de Tabasco et Veracruz.

Le site, fondé entre 1200 et 600 avant notre ère par les Olmèques , était un lieu de culte plutôt qu’une véritable ville. Il est connu pour ses statues colossales qui pèsent en moyenne 10 tonnes, la plus grosse 30, et qui proviennent d’un gisement volcanique situé avec certitude à 130 km de là !

La destruction de la cité vers le Vème siècle av.J.C. (tremblement de terre ?) entraîne la disparition de la culture olmèque. La population émigre alors vers d’autres régions plus clémentes en répandant sur son passage les graines des futures et brillantes civilisations Mayas et Zapotèques.

Ne pas manquer : Un grand nombre de ses trésors (autels, stèles, têtes olmèques, ...) ont été regroupés dans un parc tropical près de l’aéroport de Villahermosa.

Tula

A 100 km nord de Mexico.

Tollan la fut la capitale de l’empire toltèque de 900 à 1200 après le déclin de Teotihuacan et avant l’essor de Tenochtitlan. Durant cette période, les Toltèques dominent le nord et le centre du Mexique. Le site est également riche en légendes. C’est là que Quetzalcoatl, mi-homme, mi-dieu, fut banni en l’an 987. Il se dirigea vers l’est (et s’installa à Chichen Itzá) en promettant qu’il reviendrait un jour. Par une des coïncidences les plus frappantes de l’histoire, le conquistador espagnol Hernán Cortés et ses vaisseaux apparurent au large de la côte du Mexique à la même époque que celle où l’on avait prédit le retour de Quetzalcoatl. Cela donna à Cortés un énorme avantage sur les aztèques, puisqu’il était considéré comme le dieu que l’on attendait depuis longtemps.

La cité est détruite vers 1100 et les Toltèques émigrent au Yucatan.

Ne pas manquer : Avant tout, les atlantes de 4,5 m de haut sculptés dans le basalte. Mais aussi, la pyramide du "dieu de l’étoile du matin" et les plus anciens jeux de pelote du Mexique.

Tenochtitlan

A l’emplacement de l’actuelle ville de Mexico.
Le 18 juillet 1325 , la tribu nahua des Aztecas (ou Mexicas) venue du nord du Mexique (région du lac d’Aztlan) s’installe dans la vallée d’Anahuac et édifie une cité au milieu du lac Texcoco. Après avoir vaincu les Tépanèques, les Aztèques étendent leur empire depuis les steppes désertiques du nord jusqu’aux jungles torrides de l’isthme et depuis les côtes du golfe jusqu’à celles du Pacifique. Au début du 16ème, la capitale de l’empire, qui compte 300.000 habitants, est une cité lacustre à 2240 m d’altitude. Les Espagnols la soumettent le 13 août 1521 , acte de naissance douloureux du peuple métissé qui allait devenir le Mexique d’aujourd’hui.

Ne pas manquer : Il subsiste des vestiges de Tenochtitlan sur le site du Templo Mayor (sur le Zocalo).

El Tajin

A 13 kilomètres de Papantla dans les montagnes de l’état de Veracruz.

El Tajín tire son nom du dieu de la foudre et de la pluie. La cité des Totonaques atteignit son apogée entre le début du IXème et le début du XIIIème siècle.

La cité entretenait de fréquents échanges avec Teotihuacán dont elle a emprunté le style architectural "talud-tablero", qu’on retrouve notamment dans l’étonnante Pyramide des Niches, laquelle doit sa renommée à ses formes rythmées et ondoyantes et à ses 365 autels carrés. Le jeu de pelote sacré pratiqué dans toute la Mésoamérique serait né dans cette ville.

Ne pas manquer : La pyramide des niches et la fameuse danse aérienne des "voladores" (hommes-oiseaux).

Palenque

Niché dans un écrin au milieu de la forêt tropicale, le site est situé à 8km de la ville du même nom (État du Chiapas).

La cité a été érigée par les Mayas pendant la période classique de la civilisation maya (500 à 900 de notre ère). A son apogée (vers les VIIIème et IXème siècles), Palenque était un haut lieu de culte qui s’étendait sur près de 65 km2. De nombreux spécialistes la considèrent comme l’apogée architecturale de la civilisation maya de l’ouest.

Tikal (Guatemala)

Situé au Guatemala au cœur de la jungle de Peten, Tikal fut la plus grande cité du début de la période Maya et sans doute le berceau de la civilisation maya .

Il faut une heure en bus pour arriver au site depuis Flores, la ville la plus proche.

Le site fut habité du VIème siècle av.J.C. au Xème siècle de l’ère chrétienne. A son apogée (entre 700 et 900), elle s’étendait sur 120 km2 et comptait environ 50.000 habitants. Elle fut subitement abandonnée pour des raisons encore inconnues.

Ne pas manquer : La Pyramide géante (cinq pyramides superposées), les temples du Jaguar géant et des Masques et la vue sur les temples qui émergent de la forêt tropicale.

 

Uxmal

Située en pleine campagne à 80 km au sud de Mérida, le cité s’étend sur une surface très importante (près de 3h sont nécessaires pour le visiter entièrement).

La plus belle ville maya des Montagnes Puuc, Itza est le nom du peuple qui fonda la ville en l’an 534 ap.J.C. L’apogée de la cité se situe du VIIème au Xème siècle. Le site est abandonné au XIème siècle.

Ne pas manquer :

- La pyramide du Magicien (de forme ovale), le Quadrilatère des Nonnes, le Palais du Gouverneur et la Maison des Tortues.
- Le spectacle son et lumière.
- Autres sites mayas Puuc : Kabah, Sayil, Xlapak, Labna, les grottes de Loltun.

Tulum

Situé à 130 km au sud de Cancún sur la péninsule du Yucatan, le site surplombe la mer des Caraïbes.

Entourée d’épais remparts sur trois côtés et par la mer sur le quatrième, Tulum est le seul port maya connu.

Construite vers 1200, la cité survécut à l’invasion espagnole pour disparaître définitivement à la fin du XVIème siècle.

Ne pas manquer : Le temple des Fresques et le Grand Palais.

Chichen Itza

Situé à 120 kilomètres à l’est de Mérida, le site est l’un des plus vastes et des mieux conservés du Mexique.

Chichen Itza a connu deux périodes de grandeur entre lesquels elle fut abandonnée : d’abord pendant la période classique maya du VIe au Xème siècle, puis du XIème au XIVème siècle après qu’elle fut envahie par les Toltèques descendus de Tula.

Ne pas manquer : La pyramide de Kukulcan "El Castillo" (et sa célèbre illusion de serpent aux équinoxes), le temple des Crânes, le plus grand terrain de jeu de balle du Mexique, la plate-forme de Vénus et celle des Jaguars et des Aigles.

Mitla

Cette grande cité-état zapotèque est située à 40 km sud-ouest Oaxaca.

La cité est fondée au VIème siècle ap.J.C. par les Zapotèques. Après le déclin de Monte Alban au VIIème siècle, elle devient le plus grand centre de cérémonie zapotèque (10.000 habitants). Elle est occupée au Xème siècle par les Mixtèques qui en font leur capitale pendant trois siècles.

Ne pas manquer : Le palais royal et les pierres finement gravées et incrustées.

Coba

Situé à 170 kilomètres au sud de Cancún ; de 600 à 900 ap.JC. A l’intérieur des terres, à 41 kilomètres de Tulúm, se trouve l’ancienne ville grandiose de Cobá que l’on commence à extraire de la jungle. Les archéologues ont mis au jour une pyramide de 42 mètres de haut, un palais de 9 étages, un terrain de pelote ainsi que le plus grand réseau de chaussées à larges pavés de calcaires (« sacbé ») jamais découvert. La région compte également un certain nombre de lacs et de lagunes.

Ethno-Tourisme

L’ethno-tourisme cherche à posséder, étudier et valoriser les expressions culturelles d’un groupe ethnique ou rural.

Oaxaca possède dans cette branche une grande diversité de manifestations culturelles, dont beaucoup datent de l’époque où les groupes ethniques se lançaient des défis chaque années en ce qui concerne les plus belles richesses de leurs coutumes, danses, fêtes, cérémonies et gastronomie.

Certaines communautés parlent encore le langage de leurs ancêtres et portent les vêtements des grands-mères.

Terra Maya vous propose dans l’état de Oaxaca et plus précisément dans la Sierra Norte de vivre dans des villages reculés peuplés d’indiens zapotèques, partager leur foi envers la nature et découvrir les majestueux paysages montagneux.

Autre état intéressant à découvrir : le Chiapas. Les traditions sont encore bien présentes. Terra Maya vous ouvre les portes des maisons dans les villages de San Juan de Chamula et de Zinacantán. Nous vous inviterons à traverser les ateliers de tisserands et comprendre leur mode de vie. Le contact avec la population est garanti.

Golf

Dans les villes, au milieu du désert, au bord de la mer et même sur diverses îles du Mexique, il est possible de trouver d’exclusifs clubs de golfs, publics et privés, quelques uns de plus de 7.000 yards , avec des parcours de 9 à 18 trous. Il y a d’excellents greens, la pelouse est impeccable, entourée de mangliers, de jungle tropicale et de plages, conditionnés pour offrir au voyageur un environnement complet qui lui permette d’avoir tout à porté de main, et de bien jouer. Dans ces golfs, l’élite mexicaine et professionnelle du monde entier, comme Ray Floyd et Dave Stockton, viennent sans faute, surtout au cours des importants tournois comme le Senior Slam.

Terra Maya propose des séjours complets autour du Golf qui vous permettront de pratiquer ce sport dans les meilleures conditions et de profiter pleinement d’un cadre très préservé que nous offre le Mexique.

Depuis 2015, Terra Group développe une nouvelle collection de voyage : le golf sur mesure à l’autre bout du monde. Retrouvez sur notre site thématique les circuits golfs que nous avons sélectionnés sur nos destinations :
www.voyagedegolf.travel

Sorties a cheval

C’est un excellent moyen de visiter le Mexique. A cheval, vous aurez sûrement l’occasion de faire des rencontres uniques avec les desperados mexicains. Les chevaux ont l’habitude d’être montés et de ce fait les randonnées sont du pur plaisir.

Terra Maya propose de très nombreuses chevauchées au départ des haciendas. Mais les coins incontournables sont probablement les suivants : Près de Toluca dans la vallée del Bravo, vous emprunterez les chemins des Conquistadores puis par les hordes révolutionnaires de Pancho Villa et Emiliano Zapata dans les états de Guanajuato, Michoacan et Chiapas. Vivez l’émotion des cow-boys dans la Barranca del Cobre au milieu des canyons, une petite discussion le soir au coin du feu vous tente ?

Montagne

Le Mexique est aussi une terre d’alpinisme même si l’altitude et la technicité n’ont rien à voir avec ce qu’on peut trouver en Europe, Asie ou en Amérique du Sud. Ce seront donc, essentiellement, les grands volcans de la région de Mexico qui pourront intéresser les amateurs d’ascensions faciles. Le plus élevé de ces volcans est le Citlaltepeti ou Pico de Orizaba (5636 m), il est situé à l’Est du pays et domine la ville de Veracruz. Les plus connus sont le Popocatépetl (5450 m, ascension interdite pour cause de menace d’éruption) et l’Ixtaccihualt (5326 m) au dessus de Puebla.

Ces géants sont assoupis mais bien d’autres sont actifs, le seul état de Michoacan en compte 80 dont le volcan Paricutin (3170 m). Le Mexique se trouve, en effet, sur une zone instable de l’écorce terrestre « la ceinture de feu » péri-Pacifique, où les secousses telluriques sont fréquentes.

Terra Maya peut vous proposer les services de guides compétents et toute la logistique pour l’ascension de ces montagnes que les indiens vénèrent toujours.

CONSULTEZ NOS CIRCUITS : VOYAGES AU MEXIQUE

Parapente

Parapente et autres sports de vent

 

Les forêts tropicales, les bananiers, caféiers, cannes à sucre et autres cocotiers défileront sous vos pieds, la voile dans les étoiles.

Le Mexique offre un cadre exceptionnel pour la pratique du parapente et ce tout particulièrement dans la région de Veracruz, de Puebla et toute la côte Pacifique.

 

D’autres sports de vent sont évidemment praticables au Mexique comme la planche à voile où le kite- surf. La région de la riviera maya (Tulum et Playa del Carmen) est la terre des vents..envolez-vous !

Pêche sportive

Le Mexique est un choix séduisant, par ses longues zones côtières qui offrent des centaines de sites idéaux pour la pêche ainsi que ses réserves naturelles qui offrent aussi cette possibilité.

L’infrastructure touristique rend possible aujourd’hui la pêche sur de nombreux sites au Mexique, connus dans le monde entier pour ses tournois internationaux de pêche du poisson espadon – voilier. Un voyage rapide à travers le pays nous montre que : Ensenada, San Carlos, Punta Peñasco, Mazatlán, Puerto Vallarta, Manzanillo, Zihuatanejo, Acapulco, Puerto Escondido, Puerto Ángel, Tampico, Tecolutla, Veracruz, Campeche et Cancún fournissent de larges possibilités pour la pêche, tandis que les eaux du Golfe du Mexique, du Pacifique, de la Mer de Cortés et des Caraïbes sont adéquats tant pour les pêcheurs amateurs que pour les experts.

Terra Maya se fera un plaisir de vous faire découvrir dans les meilleurs conditions ces lieux de pêche à la réputation mondiale.

Plages et soleil

Riviera Maya

La riviera maya est la destination touristique côtière la plus importante au Mexique. Elle se situe sur la côte Est du Yucatán, au sud de Cancún et fait rêver beaucoup de monde grâce à ses plages de sable fin, ses eaux tièdes et sa barrière de corail idéale pour la plongée.

La région de Cancun

Côté plages, il y en a de nombreuses. Les hôtels ne disposent pas de plages privées, laissant l’accès à tous sur n’importe quelle plage.

– Playa Linda, Playa Langosta et Playa Tortugas , au nord de l’île, offrent leur baignade dans la Bahia Mujeres.

– Playa Chac-Mool, Playa Marlin et playa Ballenas offrent de grosses vagues et de magnifiques panoramas, côté océan.

– La Laguna Nichupté est idéale pour les sports aquatiques, entre l’île de Cancún et la côte.

Isla Mujeres *

 

L’île des femmes est une petite île (8 km sur 1 km seulement) proche de la barrière de corail, elle est très appréciée par les plongeurs. Bien qu’elle fût populaire dans les années 1960, l’île compte peu de grands immeubles et a conservé le charme des petites stations balnéaires mexicaines.

* elle porte ce nom car il y a fort longtemps, elle était le refuge de nombreux marins et surtout pirates qui y laissaient leurs femmes.

Playa del Carmen

Quelques kilomètres plus au sud encore, cette station touristique est en voie de devenir la deuxième station de la côte après Cancún . L’atmosphère y est détendue : petites boutiques, cafés et restaurants traditionnels… On peut y faire de la plongée sous-marine et de la pêche.
Il y a 20 ans, il n’y avait rien. Aujourd’hui, c’est une ville (voire village) qui a conservé son petit charme de pécheurs. Aucune édification de plusieurs étages.
Les hôtels sont un peu plus à taille humaine et de charme. C’est une destination très prisée des italiens et de nombreux européens.
La plage est aussi belle, turquoise et invite plus volontiers les familles. C’est aussi un lieu pour faire la fête (très bons restaurants). Il y a aussi la possibilité de faire des activités tournée vers l’eau.

Xcaret

C’est un complexe comprenant un zoo, une station balnéaire, une zone archéologique et un parc d’attractions. Proche de Xcaret se trouvent les ruines de Polé, grande implantation côtière Maya de l’époque postclassique.

Punta Bete

 

Si vous souhaitez être tranquille et fuir les hordes de touristes américains, nous vous invitons à vous délecter du soleil à Playa Bete où se trouvent 3 superbes plages, idéales pour la plongée sous-marine

Cozumel

 

Plus grande île du Mexique, elle est un des meilleurs sites de plongée du monde. En Maya, elle signifie « lieu des oiseaux ». C’est à la fin des années 50 seulement que l’île de Cozumel est devenue un lieu touristique idéal pour les plongeurs. Elle offre également un beau contraste entre ces buissons épais, ses plages de sable blanc et les reflets bleu-vert de la mer.

Akumal

Cette ville est un peu moins fréquentée, elle est aménagée dans une ancienne plantation de cocotiers. Sa superbe plage est un lieu de ponte des tortues vertes et on peut voir passer suivant la saison des requins-baleines au large de la côte. Beaucoup de véliplanchistes et d’amateurs de plongée se retrouvent à cet endroit. La ville est formée d’une petite zone résidentielle, d’un complexe hôtelier et d’un club. Elle est l’une des plus belles stations balnéaires de la côte et de la presqu’île du Yucatán. Akumal (en Maya  » tortue ») était à l’origine un petit territoire Maya.
Il est possible d’y voir plusieurs dizaines de tortues nager au large.

* elle porte ce nom car il y a fort longtemps, elle était le refuge de nombreux marins et surtout pirates qui y laissaient leurs femmes.

Réserve naturelle de Xel-Ha

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques kilomètres plus au sud encore, cette station touristique est en voie de devenir la deuxième station de la côte après Cancún . L’atmosphère y est détendue : petites boutiques, cafés et restaurants traditionnels… On peut y faire de la plongée sous-marine et de la pêche.
Il y a 20 ans, il n’y avait rien. Aujourd’hui, c’est une ville (voire village) qui a conservé son petit charme de pécheurs. Aucune édification de plusieurs étages.
Les hôtels sont un peu plus à taille humaine et de charme. C’est une destination très prisée des italiens et de nombreux européens.
La plage est aussi belle, turquoise et invite plus volontiers les familles. C’est aussi un lieu pour faire la fête (très bons restaurants). Il y a aussi la possibilité de faire des activités tournée vers l’eau.

Tulum

Cette station est la plus décontractée de la côte : cabanes de plage et restaurants sont en expansion sur la splendide plage. On trouve juste à côté le célèbre site maya de Tulum. C’est la seule cité fortifiée Maya située sur les côtes. Bien que peu intéressante au point de vue architectural en comparaison avec d’autres sites Mayas, Tulum vaut la peine d’être visitée pour sa situation géographique exceptionnelle sur la presqu’île du Yucatán.
Il s’agit d’un village pour les amoureux des plages désertes où la nature est encore bien présente.
C’est la porte d’entrée de la réserve écologique de Sian kaan. Il existe de nombreux hôtels en bord de plage (propre, turquoise), certains sont avec confort sommaire (cabanes sans électricité) et d’autres possèdent tout le confort.
Pour plus de tranquillité et de repos, nous vous recommandons cette destination plutôt que sur Cancún et Playa del Carmen. Il y a également la possibilité de faire diverses activités à la mer.

Côte Pacifique

Ixtapa-Zihuatanejo

Ixtapa et Zihuatanejo se trouvent dans le même État que leur grande sœur Acapulco. Dans la langue nahuatl, Ixtapa signifie « lieu blanc » en référence à ses plages blanches et Zihuatanejo dérive du mot Cihuatlan qui signifie « Terre de femmes » dans cette même langue. Ces deux villes se trouvent à seulement 7 kilomètres l’une de l’autre. Il est possible d’y pratiquer toute sorte d’activités sportives : plongée et pêche sportive notamment.

Puerto Vallarta

Les activités aquatiques sont très nombreuses et les grands hôtels, situés à une dizaine de kilomètres de la vieille ville, proposent beaucoup d’activités (tennis, golf, piscines, etc). Ex. « Playas Gemelas ».

Puerto Escondido et alentours

Puerto Escondido , située sur la côte Pacifique, est LE rendez vous des surfeurs du monde entier au Mexique. En effet, les belles vagues de quelques mètres, font de très beaux rouleaux mais ce petit port est aussi un endroit très calme pour ceux qui n’aiment pas les grands frissons : vous pouvez en effet partir sur des petits bateaux à moteur voir les tortues de mer, les dauphins ou encore pratiquer la pêche à la traîne des espadons.

Une plage, située à quelques kilomètres du village, Puerto Angelito, accessible par bateau ou taxi, est un endroit merveilleux, une des plages paradisiaques du Mexique, qui vous offre un banc de corail où vous admirerez les poissons à travers l’eau turquoise, boire des boissons toutes fraîches et manger des huîtres où bien des pescadillas (tortilla fourrée de poisson) sous l’ombre des grands arbres.

Zipolite est aussi une belle plage pour tous ceux qui aiment vivre en harmonie avec la nature (déshabillez-vous, personne ne vous dira rien).

Plongée

Puerto Escondido et alentours

Le Mexique et plus particulièrement, certains sites des Caraïbes mexicaines et du Pacifique sont le paradis pour ceux qui aiment le monde sous-marin.

Dans l’extrême est du pays, sur les côtes baignées par la mer Caraïbe, les eaux sont transparentes et la richesse du récif corallien Maya, le second au monde en longueur, permet aux amateurs de découvrir en plongeant un spectacle fantastique.

 

 

CONSULTEZ NOTRE CIRCUIT PLONGÉE : LE GRAND BLEU
TÉLÉCHARGER NOTRE CATALOGUE D’ACTIVITÉ PLONGÉE – SNORKELING SUR LA RIVIERA MAYA (PDF)

 

 

Les sites les plus importants de la région pour la pratique de ce sport sont Isla Mujeres, Playa del carmen, Cozumel, Punta Allen, Banco Chinchorro, Akumal, Puerto Morelos et Paamul. Pour la pratique de la plongée avec masque, nous recommandons Xel-Ha, Cozumel et X-Caret. Sur le Pacifique, il existe d’excellentes conditions pour la pratique de la plongée à Puerto Vallarta, Zihuatanejo, Acapulco et Huatulco, en plus de Mulegé et Cabo San Lucas dans la Péninsule de la Basse Californie.

 

Le Mexique regorge également de cenotes où il est possible de plonger en bouteille, attention de ne pas être claustrophobe.

Terra Maya vous fera partager sa passion pour le monde aquatique, écrivez-nous et nous vous prêterons les palmes.

Définition du Cenote

Les cénotes sont des trous d’eau que l’on trouve fréquemment dans la péninsule du Yucatán.

Les cenotes du Yucatán résultent de l’impact d’une météorite il y a 65 millions d’années, celle qui extermina les dinosaures. Les cenotes se répartissent effectivement de manière concentrique autour de la trace du cratère d’impact.

Le Yucatán est une péninsule, située au sud-est du Mexique, est entièrement constituée de calcaire.

Pendant les périodes de glaciation, l’eau de pluie s’est infiltrée au travers de la roche poreuse, formant grottes, galeries et vastes voûtes.

Ces cenotes sont issues des rivières souterraines et forment le plus important réseau souterrain de grottes du monde.

 

Par endroit, les voûtes se sont effondrées et ont ainsi donné naissance à ces pittoresques puits naturels, parfois de grande taille, que l’on trouve en pleine jungle (par exemple à Celestun) ou en ville (Valladolid). Les puits peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

 

Les mayas appelaient ces trous d’eau « Dzonot » (puits sacrés), d’où le nom espagnol « cénote ». Ils semblaient considérer ces puits comme un moyen de communication avec les dieux (le gouffre représentant une bouche).

Ils étaient utilisés comme réserve d’eau douce, mais aussi comme lieu de culte dans lesquels étaient jetées des offrandes (objets ou sacrifiés).

Certaines cenotes sont utilisées pour la baignade tant leur eau est pure.

Rafting et Kayak

Le kayak, vous connaissez ? Laissez vous tenter par le kayak de mer et côtoyer les baleines grises de Basse Californie aujourd’hui protégées. Dans le sud, zigzaguer entre les mangroves du lac Sontecomapan. Les kayakistes peuvent pagayer dans les mystérieux canaux mayas de la réserve de Sian Ka’an, 500.000 hectares de paradis pour la vie sauvage où les hérons nichent à côté de temples minuscules et où les tortues pondent sur des plages isolées.

 

Le rafting, vous connaissez ? Partez en toute confiance sur la rivière Actopan dans l’état de Veracruz et découvrez des chutes d’eau cristalline dans une végétation exubérante. Le Chiapas est une terre où tous les éléments sont réunis dont l’eau : sillonnez des canyons au milieu de la jungle Lacandona (Biosphère des montes azules) ou descendez sur les rivières Lacan-ha ou Usumacinta peut faire partie d’un voyage extraordinaire.

Participer à une descente de raft dans ces régions c’est au-delà du sport en lui-même, partir à la rencontre de lieux à la beauté sauvage où la faune et la flore sont totalement préservées.

Treking

Marcher est certainement le meilleur moyen de découvrir un pays, les rencontres se font beaucoup plus facilement. Si vous souhaitez faire des vos vacances un effort, les régions recommandables sont la barranca del Cobre (Canyon de Cuivre) dans la Sierra Tarahumara, la région de Puebla (marche autour du volcan la Malinche), de Oaxaca (Sierra Mixteca et Norte) et dans le Chiapas (dans les alentours de San Cristobal de las Casas) au pays tzotzil.

 

Terra Maya vous invite à découvrir par la marche de nombreux recoins du pays et vous propose des treks de toute nature (marche découverte, randonnée, haute montagne etc.) allant du plus accessible au plus engagé.

 

Participer à une descente de raft dans ces régions c’est au-delà du sport en lui-même, partir à la rencontre de lieux à la beauté sauvage où la faune et la flore sont totalement préservées.

CONSULTEZ NOS CIRCUITS : TREKKING AU MEXIQUE

Les Villes Coloniales

Elles sont les témoins architecturaux de la fusion des cultures indigène et espagnole. On peut trouver des villes coloniales tout le long du Mexique, de la Basse Californie au Yucatán, cependant les villes coloniales les plus importantes sont concentrées dans la région centrale.

Querétaro

État de Querétaro : Tout y atteste de l’héritage historique et religieux de la ville. C’est là que fut ébauché le projet d’indépendance mexicaine en 1810 et que l’empereur Maximilien fut fusillé 57 ans plus tard au Cerro de las Campanas. La mairie de Querétaro accueille un monument à la gloire du bâtisseur du magnifique aqueduc auquel la ville doit d’être alimentée en eau ; le Teatro de la República a été témoin de la rédaction d’une grande partie de la Constitution de 1917. Chaque église et chaque couvent orne la ville de son charme particulier, ils comportent pour la plus part des patios, des arches fleuries et d’élégants escaliers. La place principale, Jardin Obregon, est charmante et à côté la très belle église et couvent de San Francisco est l’un des plus vieux bâtiments coloniaux du Mexique. La place de l’Indépendance, le Palacio Municipal, la Casa de la Cultura , Santa Clara, San Agustin, Santa Rosa de Viterbo et la fontaine de Neptuno construite par Eduardo Tresguerras sont aussi à visiter.

Ne pas rater : L’hôtel Casa de la Marquesa (maison de la marquise) : sur la rue piétonne. Un chef d’œuvre à l’extérieur comme à l’intérieur.

San Miguel de Allende

 

État de Guanajuato : doit son nom à Ignacio de Allende, deuxième chef de l’armée d’indépendance. Déclarée monument national par l’Institut mexicain d’histoire et d’anthropologie, la ville fondée en 1542 par les Espagnols, a conservé le charme et l’authenticité de l’époque coloniale. Aujourd’hui, la place centrale (« Zocalo ») et les rues pavées sont bordées de cafés, galeries et boutiques. Dominant le Zocalo, l’église du 17ème siècle « Parroquia » de style gothique (l’une des seules de tout le Mexique) peut être admirée de n’importe quelle colline environnante. L’église de San Antonio est unique dans son genre. San Miguel de Allende possède les façades les plus colorées de tout le pays, quel beau vestige !

Ne pas rater :

- déambulez dans les rues au x couleurs arc en ciel.
- une serenata par les mariachis le soir sur la place du village.

Guanajuato

État de Guanajuato : doit son caractère si particulier à la fois à sa géographie et à son histoire. C’est là qu’eut lieu la première victoire dans la lutte pour l’indépendance. Bâtie entre des collines surplombant un fleuve et un ravin, Guanajuato est un véritable labyrinthe de rues et d’allées serpentant à travers les collines et offrant des vues de maisons peintes de couleurs vives et de magnifiques petites plazas. Certaines rues sont si étroites que les amoureux habitant en vis-à-vis n’ont qu’à se pencher pour s’embrasser, comme dans la légende du « Callejón del Beso ». Ville la plus prospère de cette région minière, elle présente une immense variété de bâtiments publics, villas, églises et théâtres. Les rues romantiques sont assez bien épargnées de la circulation, les grands axes de la ville se situant sous terre, dans un système de tunnels unique en son genre.

Ne pas rater :

- le callejón del beso.
- une soirée de callejoneada (groupe de musiciens qui vous emmène dans les ruelles un verre de vin à la main.

Patzcuaro

État de Michoacan : Ses maisons aux toits de tuiles ses églises et ses monastères coloniaux transportent les visiteurs au 16ème siècle, époque à laquelle fut fondée la ville. Le collège San Nicolas est devenu un musée d’artisanat local. La maison des onze patios est un couvent du 18ème siècle qui a été réaménagé et accueille aujourd’hui différentes boutiques d’artisanat. Parmi les autres sites à visiter mentionnons la bibliothèque publique Gertrudis Bocanegra, Plaza Vasco de Quiroga et le temple jésuite. Non loin de là, le lac de Patzcuaro est l’un des sites les plus photographié du Mexique. C’est là que les pêcheurs manœuvrent leurs immenses filets en forme de papillon. Au milieu du lac, une énorme statue du père Morelos se dresse sur l’île de Janitzio et c’est sur cette petite île que l’on célèbre la fête des morts d’une façon des plus impressionnantes.

Ne pas rater : son artisanat, son lac et la magie des villages des alentours

Guadalajara

État de Jalisco : Deuxième ville du Mexique. Le centre historique de la ville regorge de parcs, monuments, parterres fleuris, vielles plazas et maisons gracieuses construites au temps où la ville se trouvait au coeur de la riche industrie minière du pays. Parmi les grands édifices de l’époque, on peut admirer la cathédrale de la ville ; le théâtre Degollado et l’immense Hospicio Cabañas, ancien orphelinat transformé en centre culturel qui présente certaines des meilleures créations du muraliste José Clemente Orozco. Guadalajara possède aussi le marché couvert le plus grand d’Amérique latine, le « Mercado Libertad » ; tout près sur la Plaza des « Mariachis » des groupes de musiciens jouent cette musique traditionnelle née dans cette ville. Guadalajara est aussi le berceau de la « danse du chapeau » et de la « charreada ». D’autres promenades dans les environs de Guadalajara : le lac de Chapala, deuxième par sa taille du Mexique et la ville de Tequila d’où est originaire la boisson.

Ne pas rater :

- son centre ville (architecture) et sa place de mariachis.
- une visite du village de Tequila (fabrique de la tequila José Cuervo)

Puebla

État de Puebla : Connue comme la « ville des anges » de par la grande quantité d’églises que l’on trouve dans la région. La Chapelle du Rosario dans le temple de Santo Domingo est la plus impressionnante par la quantité d’or qu’on peut y apprécier. Mais la Casa del Alfeñique, la Bibliothèque Palafoxiana (la plus ancienne d’Amérique) et les musées Amparo et Bello sont aussi d’importants atouts. Parmi les autres sites à visiter mentionnons la Casa del Dean, Temple de la Soledad , des Carmélites, Casa de los muñecos, couvent de Santa Rosa, de Santa Monica, temple de San José, de San Francisco, de San Cristobal et le marché « El Parián ». Puebla est aussi célèbre pour son artisanat et sa gastronomie, car ce fut dans un couvent de cette ville que le « mole » (sauce qui accompagne le poulet, composée de plus de 56 ingrédients) a été inventé. Cholula n’est qu’à quelques minutes de là avec son église mauresque et ses centaines de chapelles. Deux autres petits villages des environs : Santa María Tonantzintla et San Francisco Acatepec avec les plus extraordinaires bijoux de l’art intérieur baroque.

Ne pas rater :

- Les nombreuses églises.
- Le village et l’église de Cholula

Zacatecas

État de Zacatecas : La région est aride, mais les montagnes regorgent d’argent. L’extraction de ce minéral a commencé ici au milieu du XVIème siècle, engendrant une richesse qui a permis de bâtir d’extravagants bâtiments publics, églises et haciendas, souvent avec le grès local d’un rouge profond qui donne à Zacatecas son aspect unique. La cathédrale est considérée comme l’un des exemples les plus spectaculaires de l’architecture baroque mexicaine. Un autre monument magistral, l’aqueduc de la ville, composé de 39 arches élevées et sculptées à la main. Le plus beau panorama de la ville peut être observé du sommet de la montagne « Cerro de la Bufa », que l’on atteint par un téléphérique. Parmi les autres trésors de Zacatecas : le Musée Pedro Coronel qui abrite la collection des masques la plus importante d’Amérique latine, Palais de Justice, Palais du Gouvernement, le Marché Gonzalez Ortega, Théâtre Calderón, Santo Domingo, San Agustin, musée Francisco Goitia, la mine de l’Eden et le couvent de Guadalupe.

Ne pas rater : les ruelles escarpées de la ville

Cuernavaca

État de Morelos : le climat est son atout principal, mais il faut visiter la Cathédrale à l’architecture plateresque ; le Palais de Cortes avec ses magnifiques fresques de Diego Rivera ; le Tianguis (Marché artisanal) ; le studio de l’artiste David Alfaro Siqueiros ; les jardins Borda ; le Palais Municipal. TEPOZTLAN est une ville intéressante à proximité.

Ne pas rater :

- Le palais de Cortés.
- Le village de Tepoztlan et l’ascension à sa pyramide

Taxco

État de Guerrero : est intimement liée au travail de l’argent. Cette ville a toujours accueilli les orfèvres les plus talentueux du Mexique. Une promenade dans ses petites rues pavées et une église comme celle de Santa Prisca méritent le détour si vous allez à Acapulco. Parmi les autres sites à visiter à Taxco mentionnons la Maison de José de la Borda , celle de Fidel Figueroa, la Maison de l’Artisanat, l’Atelier Los Castillo, le Marché et le Musée Spratling.

Ne pas rater : cette halte pour vous mesdames.

VTT

Voilà un moyen idéal pour se balader au Mexique.

Les amateurs trouveront leur bonheur dans les neuf vallées de Huatulco (État de Guerrero), dans la Sierra qui domine la mer à Puerto Vallarta ou encore dans la Sierra Tarahumara (sur les pistes des canyons).

Terra Maya propose plusieurs tours dans tout le pays.