LE MEXIQUE
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN

Accueil > Histoire > Personnages historiques > Diego Rivera

Retour

DIEGO RIVERA

(8 décembre 1886 - 24 novembre 1957). Pilier du muralisme mexicain, Diego Rivera combina sa production comme muraliste, dessinateur, professeur et écrivain avec une intense activité politique.

Son nom complet fut Diego María Concepción Juan Nepomuceno Estanislao de la Rivera y Barrientos Acosta y Rodríguez. Lui et son frère jumeau, Carlos María, naquirent en décembre 1886 dans l’état de León, à Guanajuato. Carlos mourut en 1888 et Diego resta seul fils unique de Diego Rivera (père) y María del Pilar Barrientos (mère).

A l’age de 10 ans, il commence a prendre des cours du soir à l’Académie de San Carlos à Mexico ; dont les professeurs Santiago Rebull et José María Velasco influèrent dans le développement artistique de Rivera même si l’inspiration est née dans l’atelier du graveur José Guadalupe Posada.

Dans les dernières années du gouvernement de Porfirio Diaz, le gouvernement de Veracruz lui offre une bourse pour consolider sa formation artistique en Europe. Dans un premier temps, il part pour l’école de San Fernando à Madrid, Espagne, puis réaliser divers voyages en France, Belgique (où il connaît Angelina Belfo qui sera son épouse pendant 12 ans), Hollande et Grande Bretagne pour en fin arriver à Paris en 1911 et rentrer en contact avec les différents courants artistiques.

A son retour au Mexique en 1921, il est invité par José Vasconcelos (penseur et homme politique de l’époque) pour représenter le peuple mexicain, ses légendes, coutumes et traditions sur les murs des différents édifices publics sur lesquels autant le paysan que l’ouvrier adopteraient les idées pour renforcer son identité nationaliste.

Diego Rivera fondât avec José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros un mouvement artistique se donnant le nom d’École Mexicaine de Peinture.

Il rencontre Frida Kahlo en 1928, se marie avec elle l’année suivante et le tire le portait à plusieurs reprises :
"Vision politique du peuple mexicain" (1928) et "rêve d’une après midi dominicale à l’Alameda Central" (1947-1948). Ce fut le mariage entre une belle et une bête, deux êtres de différentes essences mais qui connurent ensemble la signification du mot amour.

Les “murales” du Palais National, ceux de l’Institut National de Cardiologie, ceux de l’hôpital de la Race de l’institut Mexicain de l’assurance sociale, ceux du "Cárcamo del Río Lerma" de Chapultepec ; celui de la façade du Théâtre des Insurgés, celui du Stade Olympique de l’Université Nationale Autonome de Mexico sont ces plus grandes œuvres.

Rivera fut le personnage dont la vie était remplie souvent de femmes et de polémiques. Les plus grands exemples furent ceux de 1930 où aux États-Unis il peint à San Francisco, Detroit et au Rockefeller Center à New York, la représentation de Lénine (le projet se trouve aujourd’hui au Palais des Beaux Arts) ; et à l’Hôtel du Prado où il réalise une peinture où apparaissait la phrase : Dieu n’existe pas, qui fut postérieurement éliminée.

En 1955, il visite l’Union Soviétique où il se soignera d’un cancer. Deux ans après, la maladie dans les veines, lui produisent une coagulation de sang qui l’empêche de bouger le bras droit.
Il est fort probable que le même problème lui provoqua une crise cardiaque, qui le fit partir le 25 novembre 1957, dans son atelier dans le quartier de San Angel à Mexico.