LE MEXIQUE
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN

Accueil > Histoire > Les Mayas > Le Calendrier Maya

Retour

Prévoit-il la fin du monde le 21 décembre 2012 ?

Ne nous dites pas que vous n’en avez pas entendu parler, on ne vous croirait pas.
C’est affirmé noir sur blanc dans des dizaines de livres, annoncé à longueur de pages web : la fin du monde est prévue pour le 21 décembre 2012.

Encore ! a-t-on envie de dire, tant il existe de prophéties qui entretiennent, et depuis longtemps, la paranoïa fin-du-mondiste.

Cette fois, c’est rien moins que le calendrier maya (ou bien est-ce le calendrier aztèque ?) qui serait à l’origine de la funeste prévision et lui tient lieu de caution (les peuples disparus n’étaient-ils pas de grands sages vivant dans une proximité parfaite avec la nature dont ils avaient, mieux que nous, saisi les mystères ?).

Cela vous amuse, ou vous inquiète, ou encore vous irrite, mais ne vous laisse pas indifférent.
Mais qu’en est-il au juste ? De quoi se nourrit cette croyance aux allures de fantasme ?

 

A l’origine, un calendrier ... d’accord mais lequel ?

D’abord, mettons nous d’accord sur certains concepts et vocables, ce sera l’occasion de tordre le cou à certaines idées reçues.

L’une des plus courantes consiste à considérer les civilisations précolombiennes d’Amérique du nord et centrale comme très dissemblables et nettement successives.
Ainsi la culture toltèque serait clairement distincte de la culture olmèque.
Ainsi les Aztèques auraient pris la place des Mayas, soit après leur extinction naturelle, soit à la suite d’un conflit.

Il y a bien des différences marquées, tout comme il y a une chronologie
(on peut dater le commencement et la fin d’une civilisation), mais il faut penser ces civilisations

  • comme les variantes d’une même matrice culturelle
  • comme coexistantes à certains moment de leur histoire respective

Formé en 1943, le concept de Mésoamérique (ou Méso-Amérique, ou encore Amérique moyenne) est le cadre le plus pertinent pour les appréhender.
Il désigne une super aire-culturelle, c’est à dire un ensemble de zones géographiques occupées par des ethnies partageant plusieurs traits culturels communs.

On retrouve notamment chez chacune

  • une architecture rituelle (avec des centres cérémoniaux incluant des pyramides à degrés et des places)
  • des religions polythéistes aux divinités archétypales (dieu du feu, dieu de la pluie, serpent à plumes ...)
  • un système d’écriture iconique mêlant glyphes et représentations figuratives
  • une agriculture intensive à base de maïs
  • des rois sacrés
  • des sacrifices, incluant ceux d’humains
  • des offrandes à la terre
  • un jeu de balle rituel
  • un calcul du temps combinant plusieurs calendriers

Pour évoquer la fin du monde de 2012, il faudrait donc parler de calendrier mésoaméricain, ou encore, pour être exact, de calendrierS mésoaméricainS.

 

Les calendriers mésoaméricains

Le système calendaire mésoaméricain est composé de plusieurs calendriers (on en aurait dénombré jusqu’à dix-sept), basés sur des périodes différentes (cycles de 20 jours, phases du Soleil, de la Lune ou de Vénus, vie des dieux...), pour différentes utilisations (religieuse, civile, agricole ...).

On s’attachera à présenter ici les principaux calendriers, en se limitant aux appellations mayas.

Tout d’abord les deux calendriers fondamentaux

  • le calendrier solaire, appelé haab (année vague)1:calendrier à caractère civil, il comporte 365 jours, répartis en dix-huit mois (uinal) de vingt jours (kin) chacun, plus cinq jours additionnels (uayeb).
  • le calendrier sacré, appelé tzolk’in (année)2:calendrier à caractère divinatoire, il comporte 260 jours, répartis en vingt mois de treize jours chacun.

Ces deux calendriers, qui se synchronisent toutes les 52 années solaires, sont liés par le calendrier "compte long", dont l’usage permanent distingue la civilisation maya des autres civilisations mésoaméricaines.

Ce troisième calendrier, majoritairement duodécimal, se présente ainsi :

1 kin = 1 jour
1 uinal = 20 kin
1 tun = 18 uinal
1 ka’tun = 20 tun
1 bak’tun = 20 ka’tun
1 pictun = 20 bak’tun
1 kalabtun = 20 pictun
1 k’inchiltun = 20 kalabtun
1 alautun = 20 k’inchiltun

Selon la cosmogonie que les Mayas partageaient avec les autres civilisations mésoaméricaines, les dieux faisaient et défaisaient régulièrement le monde.
Il n’y a pas un monde créé, mais une suite vraisemblablement ouverte de créations, chacune durant 13 bak’tun.
Le calendrier "compte long" est donc celui d’une cosmogénèse cyclique, il permet de décrire la succession de différents mondes ou de différentes ères, chaque fin de cycle correspondant à la disparition d’un monde en vue d’une renaissance, d’une reconstruction, d’une régénération.

 

Alors, la fin du monde en 2012 ?

Comme, selon ce compte long, le cycle actuel aurait débuté le 11 ou 12 ou 13 août de l’an 3.114 avant J.-C., il connaîtra sa fin entre le 20 et le 23 décembre 2012.
On voit très bien comment cette information peut donner lieu à des extrapolations, comment on arrive à voir dans la fin de ce cycle la fin du monde et du genre humain.
Ensuite il n’y a plus qu’à spéculer sur la forme : cataclysme, conflit nucléaire, méga épidémie ...

Et ce d’autant plus volontiers que deux tablettes couvertes de glyphes (dont une exhumée récemment) prophétiseraient la fin du monde à cette date qui marque la fin d’un cycle.
Leur traduction est à prendre avec de grandes précautions, tant notre aptitude actuelle à décrypter les langages précolombiens est comparable à celle que possédaient les égyptologues ... il y a un siècle.
On parlera plus volontiers d’interprétation, et même d’une interprétation nourrie par un besoin de sensationnalisme mêlé d’ésotérisme.
Enfin, ce n’est que notre point de vue ...

Si vous lisez ces quelques lignes avant le 21 décembre 2012, nous ne saurions que trop vous conseiller (en toute humilité) de maintenir vos projets futurs, nous pensons qu’il y a de bonnes chances que vous puissiez déguster une dinde aux marrons en famille le 25 décembre.

Si vous les lisez après le 21 décembre 2012, nous confirmons, vigoureusement !

 

1haab pour les Mayas = xiuhpohualli pour les Nahuas (Toltèques, Aztèques, Pipils ...)
2tzolk’in pour les Mayas = tonalpohaulli pour les Nahuas

..................................................................................................................................................................................................................................

 

En savoir + rigolo
Il vous suffit de saisir "fin du monde 2012" dans un moteur de recherche pour consulter quantité de sites web consacrés au sujet, et éprouver le délicieux frisson d’une possible fin du monde prochaine.

En savoir + sérieusement
Une conférence très instructive sur les calendriers mésoaméricains

Découvrez notre circuit spécial fin du monde