LE MEXIQUE
TAILLÉ SUR MESURE
newsletter
EN

Accueil > Histoire > Les Aztèques

Retour

LES AZTÈQUES

Tous les monuments de la capitale de l’empire aztèque Tenochtitlan (l’actuelle Mexico) ont été détruits en 1521 lors du siège de la ville. Nous ne les connaissons que par les descriptions et les dessins de l’époque que sont venues corroborer les fouilles archéologiques du Grand Temple. Hors de la cité ravagée, certains édifices construits par les Aztèques ont subsisté, comme les temples de Teopanzolco dans le Morelos actuel, de Huatusco et de Teayo (Veracruz). La pyramide de Tenayuca, non loin de Mexico, bien que bâtie à l’origine par d’autres peuples, a été complétée par les Aztèques.

Histoire des Aztèques

Le 18 juillet 1325 , la tribu nahua des Aztecas (ou Mexicas) venue du nord du Mexique (région du lac d’Aztlan) s’installe dans la vallée d’Anahuac et édifie une cité au milieu du lac Texcoco : Tenochtitlán. La légende veut que le dieu Huitzilopochtli ait désigné cet endroit : un rocher portant un cactus où se tenait perché un aigle.

Après avoir vaincu les Tépanèques, les Aztèques étendent leur empire depuis les steppes désertiques du nord jusqu’aux limites du pays maya au sud et depuis les côtes du golfe jusqu’à celles du Pacifique.

La civilisation aztèque maintiendra pendant un siècle son hégémonie par la force, en percevant des tributs de ses rivaux et en pratiquant des sacrifices religieux. La seule menace de l’empire aztèque vient des Tarasques qui ont bâti à l’ouest un empire autour de Patzcuaro.

Neuf empereurs (tlataoni) ont dirigé l’empire aztèque : Acamapichtli (jusqu’en 1396), Huitzilihuitl (1396-1417), Chimalpopoca (1417-1427), Itzcoatl (1427-1440), Motecuhzoma Ier (1440-1469), Axayacatl (1469-1481), Tizoc (1481-1486), Ahuitzotl (1486-1502) et enfin Motecuhzoma II (1502-1520).

Au début du XVIème, la capitale de l’empire Tenochtitlan, cité lacustre à 2240 m d’altitude (la future Mexico), compte 300.000 habitants.

Les Espagnols la soumettent le 13 août 1521, acte de naissance douloureux du peuple métissé qui allait devenir le Mexique d’aujourd’hui.

Les causes de la défaite sont nombreuses : inégalité des armes, appui des peuples mécontents de la domination mexica (Totonaques, Tlaxcaltèques, Otomis), mais surtout fatalisme des Aztèques et indécision de Motecuhzoma qui croyait assister au retour de Quetzalcoatl. Motecuhzoma, hanté par l’antique prophétie et par de mauvais présages, ne cessera d’hésiter sur la conduite à tenir et finalement livrera son empire.

Organisation sociale et politique des Aztèques

La société aztèque est très hiérarchisée. A sa tête se trouve l’Empereur (tlatoani) : il dirige tout et exprime la volonté des dieux ; c’est un personnage quasi-divin entouré d’une fascination religieuse. La succession sur le trône est héréditaire.

Le haut de la société est constitué par les pilli : ce sont des nobles de naissance appartenant à la lignée royale.

Les prêtres sont responsables des rituels religieux, de l’écriture, de la médecine et de l’astronomie.

Au-dessous se trouvent les macehualli, roturiers qui représentent la majeure partie de la population. Ils sont divisés en de nombreuses catégories sociales selon leur richesse ou leurs fonctions officielles, et peuvent, à la suite d’un haut fait, être élevés au rang de noble et en avoir tous les avantages.

A la base de la pyramide sociale se trouvent les mayeques : ce sont les paysans rattachés à un seigneur et à son domaine (serfs).

Vie quotidienne des Aztèques

Elle se déroule au milieu du grand lac Texcoco qui leur apporte une source importante de leur alimentation grâce à la pêche. Ils vivent également de la culture qu’ils pratiquent sur des chinampas, des jardins flottants formés de paniers remplis de feuilles, de terre et de cendres, et dans lesquels poussent du maïs, des légumes divers (haricots, courges, citrouilles, tomates, pommes de terre), des condiments (oignons, piments), ainsi que les cacahuètes (tlacacahuatl) et la vanille. Le lac fournit de l’eau douce et de l’eau salée, et permet d’irriguer les cultures grâce à des canaux d’irrigation.

Les hommes portent un pagne et des sandales ; ils ont les oreilles percées, les cheveux coupés courts et ne portent pas de toque, contrairement aux nobles. Les femmes marchent nu-pieds, et sont vêtues d’une jupe ample et d’une sorte de poncho dont la base est ornée de motifs décoratifs ; elles portent une coiffe imitant des tresses.

Religion aztèque

Quetzalcoatl ("le serpent à plumes") est le dieu de l’air et du commerce.
Il est représenté avec un épis de maïs (la terre), un poisson (l’eau), un lézard (le feu) et un vautour (l’air).
C’est le seul dieu qui ne demandait pas de sacrifice humain.

Huitzilopochtli ("le colibri de gauche") est le dieu de la guerre et des guerriers, le dieu principal des Aztèques, celui qui les aurait guidés dans leurs migrations.

Il est représenté avec une longue trompe et deux défenses se recourbant en bas de sa bouche .

Itzlacohuihqui ("le couteau d’obsidenne courbe") est le dieu de l’entêtement et de la cécité.
Cihuacoatl (femme serpent) est la déesse de la terre. Elle est représentée vêtue d’une jupe et d’un chemisier blanc, la bouche ouverte et garnie d’horribles dents. Coatlicue ("celle qui a une jupe de serpents") est la mère des dieux et la déesse de la terre.

Elle est représentée avec une robe de serpents tressés et un collier de mains, de cœurs et de crânes humains.

Ehecatl est le dieu du Vent.

Il est représenté avec un masque en forme de bec de canard ou sous la forme d’un singe soufflant.

Xipe Totec ("notre seigneur l’écorché") est à l’origine le dieu de la végétation et du renouveau.Xochipilli est le dieu de l’amour, de la joie, de la beauté, de la musique, de la poésie et de la danse. Tonatiuh est le Dieu-Soleil. Il est représenté au centre du "calendrier aztèque".
Xipe Totec ("notre seigneur l’écorché") est à l’origine le dieu de la végétation et du renouveau. Xochipilli est le dieu de l’amour, de la joie, de la beauté, de la musique, de la poésie et de la danse.

Tonatiuh est le Dieu-Soleil.

Il est représenté au centre du "calendrier aztèque".

Écriture et calendrier aztèque

Pour écrire, les Aztèques se servent de glyphes ; ils n’arriveront que très tard à une forme d’écriture primitive. Pour ce qui est des chiffres, ils n’en connaissaient pas l’usage et représentaient leurs caractères numériques par des figures symboliques.

La plupart des codex réalisés avant la conquête espagnole ont été détruits, mais les Espagnols en firent exécuter un grand nombre par les scribes aztèques à leur arrivée au Mexique, à l’instar du codex Mendoza qui décrit en trois parties : la vie des Aztèques, l’histoire des seigneurs de Tenochtitlán et une liste des impôts payés par les villes à l’empereur Moctezuma.

Les Aztèques utilisaient deux calendriers qui coïncidaient tous les 52 ans, période où l’on craignait le pire car l’on affirmait que le cinquième soleil s’achèverait au terme d’un cycle de 52 ans :

- le calendrier civil comptait 18 mois de 20 jours, donc 360 jours (les cinq derniers jours de l’année étaient dit néfastes ou vides),

- le calendrier religieux combinait les mêmes 20 jours avec les nombres de 1 à 13, soit au total 260 jours.