Terra Maya » Arts Culture » La fête des morts au Mexique

La Fête des Morts au Mexique

Ses origines

La Fête des Morts ou Día de los Muertos est une fête nationale qui existe depuis plus de 3000 ans. Grande tradition ancestrale, la fête des morts représente clairement le syncrétisme qui résulte de la rencontre de deux mondes : les civilisations indigènes préhispaniques et l’Espagne colonisatrice du XVIème. On retrouve alors des coutumes aztèques et des croyances catholiques.

La fête des morts coïncide avec la célébration catholique de la Toussaint qui fut imposé aux pratiques indigènes de Méso-Amérique. Ces peuples avaient déjà des croyances dans l’au-delà et rendaient hommage à leurs morts.

Aujourd’hui, la fête des Morts, au Mexique, est une grande occasion de se retrouver en famille et entre amis.

Depuis 2003, cette fête est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

Rituels et traditions

Connue dans le monde entier, cette célébration mexicaine commémore la vie des morts à travers des rites et des traditions, dans une ambiance festive et chaleureuse car la vie comme la mort, ne sont pas perçues de la même façon partout dans le monde…

La tradition mexicaine de la fête des morts rend hommage aux esprits des ancêtres et honore leur mémoire. Il est dit que les âmes des défunts reviennent sur terre pour visiter leurs proches. Il existe la croyance que l’âme des enfants retourne à la vie le 1er novembre et l’âme des adultes le 2 novembre.

Le jour venu, les familles visitent les tombes des défunts pour les décorer avec des couronnes de fleurs colorées, des découpages en papiers, des bougies … Ils préparent leurs plats préférés, des têtes de mort en sucre (calaveras) et font des offrandes. Les cimetières regorgent de vie, les familles boivent et mangent ensuite tout la nuit en présence de leurs défunts pour les célébrer.

Au cas où les familles ne peuvent pas visiter les tombes, c’est dans leur maison qu’elles installent un autel pour faire leurs offrandes aux défunts qui viendront visiter la famille.

La Catrina

Ce personnage en papier mâché coloré à été créé en 1912 par l’artiste mexicain José Guadalupe Posada. Il est devenu au cours du XXème siècle, un des symboles du jour des morts et même une icône de la culture mexicaine. Les Mexicains aiment se déguiser et incarner ce personnage symbolique le jour de la fête des morts.

Souhaitant représenter la mort à la haute société, le caricaturiste a choisit de peindre le buste d’un squelette de vieille dame, habillé élégamment et coiffée d’un chapeau ornée de plumes d’autruches. Le squelette porte à la base le nom de « Calavera Garbancera ». Il faudra attendre la peinture de Diego Rivera « Rêve d’un dimanche après-midi dans le parc Alameda » pour qu’elle soit nommée « Catrina ».

 

COCO, un voyage au coeur de la traditionnelle fête des morts

Dans la cosmologie mexicaine, la mort n’est pas la fin, mais le début d’un voyage… Le film d’animation « COCO », sorti en 2017, inspiré de la Fête des Morts, le montre bien. Le film a permis de rendre populaire cette fête dans le monde entier.

L’histoire se passe le jour de la fête des morts. Pour accomplir son rêve de devenir musicien, le petit garçon commettra un sacrilège qui le fera voyager au pays des morts. On se retrouvera plongé dans l’univers haut en couleur de la fête des morts dans une ambiance festive animée par des défunts mariachis et arrosée de Tequila. Coco fait également pleins de clins d’oeil à des défunts célèbres que l’on retrouve dans le « monde des morts », comme la célèbre artiste Frida Kahlo ou encore le catcheur El Santo.

Le film met en scène une vie après la mort dans un autre monde. Coco représente bien la mentalité mexicaine qui aborde le sujet de la mort de manière plus douce et subtile; interrogeant les enfants comme les adultes, sur la relation entre les vivants et les morts, et globalement sur la représentation de la mort.